Faouda

 

Le conflit israélo arabe est un inextricable sac de nœuds.

Conflit régional pour les uns, global pour les autres, ce conflit embrase tant la région que les conversations. Pour ne rien arranger, le nombre de ses protagonistes ne fait qu’augmenter : israéliens et palestiniens, militaires et civils, mouvements terroristes, (Hamas, Fatah, Hezbollah…) et ONG, puissances alliées (Jordanie, Egypte) et rivales (Syrie, Iran), partenaires stratégiques et adversaires diplomatiques … Bref, ce conflit déchaîne les passions.

Pour démêler les fils depuis trop longtemps emmêlés et faire un peu d’ordre dans les têtes des participants Massa fraîchement débarqués, les équipes pédagogiques de l’Expérience Israélienne ont eu une idée originale : s’appuyer sur la série Télé israélienne Faouda.

7 questions à Rudy Abrahami, animateur au service de ce projet aussi ambitieux qu’innovant.

 

Comment est née l’idée d’expliquer le conflit Israélo arabe avec la série télé Faouda ?

C’est à la base, une initiative des équipes pédagogiques de l’Expérience israélienne.

Il y a un engouement national pour cette série TV israélienne. Les jeunes, y compris les participants des programmes Massa post académiques de l’Expérience Israélienne, en entendent régulièrement parler.

L’idée était de tenter d’expliquer la complexité du conflit Israélo Arabe avec un support attractif et moderne.

Il fallait néanmoins quelqu’un pour rendre accessible le conflit aux jeunes, un intermédiaire entre la série Télé et la réalité, capable de décrypter les différentes scènes de la série.

Sachant que j’ai servi dans l’unité de l’armée israélienne la plus ressemblante à celle de Faouda, il a semblé naturel à Meirav David, responsable des programmes Massa Post Académiques de me demander de participer.

Faouda 4

Expliquez nous les rapports entre le conflit et cette série

Les rapports entre le conflit israélo palestinien et Faouda sont nombreux. On y aborde des thèmes en lien direct avec la situation sécuritaire d’Israël :

– La vie dans les territoires,
– Les motivations des terroristes
– Techniques utilisées par les terroristes,
– Techniques utilisées par l’armée israélienne
– Les répercutions psychologiques du conflit sur les hommes et femmes qui le vivent au quotidien

Quel est l’intérêt pédagogique d’aborder le conflit par le biais d’une sérié Télé ?

L’intérêt de de cette approche est d’utiliser un support très familier aux jeunes pour servir un but pédagogique. Meirav David, à l’initiative de cette conférence souhaitait aborder ces questions hautement sensibles par le biais du récit, de l’image, de la fiction.

Les scènes de la série, réfléchies et très travaillées offrent différents angles de lecture et sont prétexte à une réflexion profonde, un débat d’idées, mené de façon à laisser la parole à toutes les sensibilités.

Pouvez vous nous retracer les moments forts de cette activité ?

Au départ, après une rapide présentation, je leur ai expliqué l’objectif de la conférence.

Les moments les plus forts ont eu lieu lorsque nous avons abordé les questions sur les valeurs morales de Tsahal et sa déontologie.

Ou lorsque j’ai ressenti une prise de conscience de l’impasse dans laquelle nous nous trouvons actuellement.

Faouda 2

Quel message souhaitiez vous leur faire passer en priorité ?

Je souhaitais leur donner une idée on ne peut plus réaliste de ce qu’est le conflit, et de la position actuelle d’Israël par rapport à sa résolution.

Le but étant, bien entendu, d’éviter les partis pris. Je souhaitais les voir sortir de la conférence avec une impression de vérité objective, et non de bourrage de crâne dans un sens ou dans l’autre.

L’initiation de jeunes français aux subtilités du conflit Israélo Arabe, c’est comment ?

C’est intéressant. Ils ont évidemment un parti pris, mais pas forcément celui qu’on imagine.

Certains de ces juifs français ont grandi en banlieue, en contacts réguliers avec les populations arabes de leurs quartiers. Ils sont donc naturellement plus enclins à « espérer » et croire que l’on peut arriver à une solution.

D’autres sont pessimistes et plus catégoriques.

Quelle que soit leur opinion, ces jeunes sont souvent concernés par ce conflit mais mal informés. Il était essentiel de leur donner les notions de base pour comprendre l’environnement dans lequel ils évoluent à l’occasion leur programme massa.

Comment les avez vous trouvé : Plutôt informés ou complètement largués ? Attentifs ou pas concernés ?

Les 3 à la fois ! Ils étaient en même temps attentifs, concernés… et largués.

Rudy Abrahami : ancien participant massa, éducateur à l’Expérience Israélienne

J’ai participé au programme Massa Bakoum en 2009-2010.

A la suite duquel j’ai fait mon Alya en 2010

Au terme de mon service militaire dans une unité combattante de Tsahal, (2010 – 2013), je me suis lancé dans entrepreneuriat.

Du fait de mon parcours militaire, l’Expérience Israélienne a souvent fait appel à moi pour animer des conférences et des débats sur autour des thèmes de l’armée et de la défense d’Israël.